Loi contre la haine sur Internet : la fin de l’utopie

10 juillet 2019 , , , 1 commentaire

Ces dix dernières années ont été pour le web une lente descente aux enfers. En témoigne le rapprochement de deux textes, l’un d’un poète américain, l’autre d’un minable [1] homme politique français, Christophe Castaner.

En 1996, sept ans après la naissance du web, John Perry Barlow publiait la déclaration d’indépendance du cyberespace, un texte poétique qui traduisait l’espoir qu’avait suscité Internet de créer un société plus ouverte. On pouvait y lire notamment :

Nous sommes en train de créer un monde où chacun, où qu’il soit, peut exprimer ses convictions, aussi singulières qu’elles puissent être, sans craindre d’être réduit au silence ou contraint de se conformer à une norme. Vos notions juridiques de propriété, d’expression, d’identité, de mouvement et de circonstance ne s’appliquent pas à nous. Elles sont fondées sur la matière, et il n’y a pas de matière ici.

Déclaration d’indépendance du Cyberespace, 1996, John P. Barlow

Treize ans plus tard, la France s’apprête à voter une loi visant à réguler les contenus haineux sur Internet. Pour les députés qui la portent, et pour notre minable [1] ministre (je ne mets pas de majuscule à Ministre, Castaner ne mérite pas tant d’égards) de l’intérieur, Christophe Castaner, l’anonymat est la cause de tous les maux sur Internet. Le 9 juillet celui-ci déclarait :

Le vous invite à lire l’intégralité du fil de Marc Rees qui a retranscrit en direct sur Twitter la séance de l’Assemblée nationale du 9 juillet.

Le web était la promesse pour tous d’accéder à un espace de libre expression. Aujourd’hui, au « pays des droits de l’homme », on vote une loi qui vise à « pacifier » les échanges sur les réseaux sociaux à grand coup de censure orchestrée par des sociétés privées. loi contre la haine sur Internet. On ne peut faire plus éloigné du texte poétique de John P. Barlow. On ne peut faire plus éloigné de ce qu’Internet aurait pu être.

  1. minable : adjectif. Nul. Mauvais. Nuisible. On souvent dit de quelqu’un qu’il ou elle est minable lorsqu’il ou elle s’en prend aux plus faibles. Exemple « le Ministre de l’intérieur d’un pays a ordonné aux forces de l’ordre de faire usage de la violence contre des gens venus manifester leur ras-le-bol devant une énième augmentation des prix. Certains manifestants ont perdu dans la bataille, des mains, des yeux, la vie. Ce Ministre est un minable.

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Pierre Allée liked this Article on twitter.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.