Bonjour,

Votre position est raisonnable et votre raisonnement argumenté, pour autant la question de l’anonymat sur Internet est un peu plus vaste que la seule question de l’expression sur les réseaux sociaux et Twitter en particulier et de sa gestion par les professionnels de la communication.

L’anonymat de façon général induit une absence de droit applicable ou plus précisément une très grande difficulté pour le faire appliquer. Cette situation nous amène a affronter une zone de non droit dans notre vie numérique, cette même vie numérique prenant une part de plus en plus importante de notre vie de citoyen que ce soit face aux trolls que vous évoquez ou face a toute forme d’arnaques, intox, manipulations ….

Le fondement de toute société (démocratique ?) est le respect de l’état de droit et sans cela on ne peut qu’assister a un délitement social. Par ailleurs et plus insidieusement cet état de non droit ne peut pas être sans incidence sur le comportement social individuel dans le monde réel.

Au final, la position défensive que vous partagez est utile en ce sens qu’elle peut aider immédiatement mais elle ne s’adresse qu’au émetteurs d’informations sur les réseaux sociaux et pas aux lecteurs de ces informations qui restent exposés à la même situation. Elle ne peut dans ce sens être une réponse systémique définitive et surtout pas une réponse pour tous.

Une fois tout cela posé, je comprends aussi parfaitement que dans notre monde le droit est géographique et que le Net ne l’est pas, c’est ainsi sur d’autre sujets comme l’économie globalisée.
J’entends aussi que la question de la liberté d’expression ne se pose donc pas de la même façon pour tous et partout, néanmoins cette situation ne doit pas nécessairement conduire uniquement à un nivellement par le bas.

La question est donc plus vaste et complexe que la seule gestion des trolls sur Twitter, votre solution individuelle (encore une fois utile) ne me semble pas une réponse suffisante et présente le risque d’une forme de ‘désocialisation rampante’ amenant le citoyen a affronter a son seul niveau des dérèglements globaux.
Cette situation n’est pas bonne socialement et par nature très inégalitaire compte tenu de la très forte disparité des compétences individuelles face au monde numérique.

Encore merci pour cet éclairage, qui pose pour une fois e débat en dehors du champs des démagogues, arnaqueurs et dictateur en puissance.