Économie du partage : ils ont créé un monstre

18 août 2018 , , , 3 commentaires
Photo: Youtube.com/Joaquin Arias

Susan Fowler connaît  bien la Silicon Valley. Après avoir passé un an chez Uber, elle a démissionné et publié un article retentissant sur le sexisme et la « bro culture » qui régnaient au sein de l’entreprise. Elle publie aujourd’hui une tribune sur la gig economy [1],  également appelée hypocritement économie du partage, dont les start-up de la Silicon Valley sont les pourvoyeuses et les championnes les plus zélées.

La gig economy applique les méthodes de l’ingénierie logicielle au monde du travail : diviser en de multiples tâche une activité afin de la rationaliser au maximum. Elle se caractérise par le fait qu’il n’y a pas d’emploi mais uniquement des tâches ultra-spécialisées : livrer un plat, effectuer une course, garder des animaux, etc. Elle doit son nom au mot « gig » qui veut dire concert, les musiciens étant payés à la tâche, au concert, et non dans le cadre d’un contrat sur le long terme.

La gig economy permet à des jeunes boutonneux sortis d’école de commerce de se faire de la thune le cul sur une chaise à taper du code ou à remplir des tableurs excel pendant qu’une armée de petites mains se crève le cul à pédaler pour aller livrer des plats chauds, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, à des « utilisateurs finaux », ces êtres étranges qui n’ont plus le temps ou plus le courage de sortir pour acheter trois légumes et un bout de pain.

Le véritable problème avec la  gig economy ce n’est pas tellement qu’elle crée des armées d’obèses fainéants, c’est surtout qu’elle détruit des emplois classiques, chauffeurs, livreurs, ainsi que les systèmes de protection sociale et de mutualisation des risques qui va avec.

Aux États Unis, on estime que 34% des emplois relèvent de la gig economy. Comme les américains sont toujours en avance d’une connerie sur le vieux continent, on peut aisément imaginer que la part de petits boulots distribués par des plate-formes créées par des boutonneux d’école de commerce ne va faire qu’augmenter en France et en Europe dans les années à venir. Le nombre de cycliste deliveroo ou de chauffeur uber dans les rues des grandes villes de France en atteste :  la gig economy n’est pas une mode, c’est une tendance.

Aujourd’hui seuls les emplois peu qualifiés sont touchés. C’est un problème de pauvre. Donc ça va. Si t’as fait des études, pas de quoi flipper. Pourtant Susan Fowler nous avertit : si des ingénieurs sont capables de diviser en de multiples tâches un emploi de chauffeur ou de livreur pourquoi ne sauraient-ils pas le faire avec des emplois plus qualifiés tels que manager ou même développeur ?

The risk, we agreed, is that the gig economy will become the only economy.

Le  risque est que l’économie des petits boulots devienne la seule économie

Dans une prise de conscience tardive, les boutonneux de la Silicon Valley s’écrient donc en chœur avec Susan Fowler : « Qu’avons nous fait ? Nous a avons créé un monstre ».

Sans déconner.

À lire : “What Have We Done?”: Silicon Valley Engineers Fear They’ve Created a Monster | Vanity Fair

  1. littéralement l’économie des petits boulots

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Bravo Grégoire

    Une analyse malheureusement vraie.
    Nous avons du soucis à nous faire pour l’avenir. Protection sociale, protection environnementale, sont réellement en danger.
    En France, les syndicats ont réagi mollement.
    Quelques mesurettes ont été apportées pour calmer un peu. Mais dans notre avenir libéral que va t- il en devenir ?
    Quid des autres pays ?
    Un avenir désenchanté se dessine pour tous ces livreurs

Reposts

  • Arouna BA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.