Facebook : l’algorithme des pauvres gens

À lire : le billet d'Olivier Ertzscheid, L'algorithme des pauvres gens, sur les changements dans l'algorithme de Facebook annoncés en début d'année par Mark Zuckerberg. L'objectif affiché est désormais de favoriser les contenus échangés et commentés avec nos "proches", nos "amis", au détriment des pages, des marques et des médias.

Pour une raison dont finalement Mark Zuckerberg sera le seul comptable, cet énième changement du News Feed et son recentrage sur les interactions grégaires me semble surtout être un message de nature politique adressé à la communauté qu'il préside de fait, pour lui faire accroire que ces algorithmes de plus en plus critiqués et honnis sont aussi, en un sens, ceux des pauvres gens. L'algorithme des pauvres gens.

Olivier Ertzscheid, L'algorithme des pauvres gens

Ce énième changement va encore faire hurler dans les chaumières ceux qui se sont – tardivement – aperçus que lorsque Facebook éternue c'est tout l'écosystème des médias qui s'enrhume. Mais en même temps, qui est assez bête pour confier sa vie à une entreprise privée qui change les règles tous les 4 matins et qui a toujours réussi à éviter d'endosser le statut d'éditeur (et les responsabilités juridiques qui vont avec) ?

Oh wait...

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *