Tags : , , .

Rencontre des deux mondes : WordPress et Drupal

J’ai participé mardi dernier à un atelier à la cantine dont l’intitulé était « Rencontre des deux mondes : WordPress et Drupal ».

Le plateau du premier débat

Laurent et Jean Pierre, deux des organisateurs de l’évènement, m’ont proposé de venir parler de WordPress dans le cadre de

  1. mon passage chez CNET NetWorks France et l’implémentation de WordPress pour les blogs du groupe
  2. mon expérience en tant qu’indépendant – je travaille de fait très souvent avec WordPress
  3. une expérience très récente au sein d’un groupe de presse qui utilise WordPress non pas pour des contenus de type blog mais pour des contenus de type article

Étaient également présents

Si vous êtes un habitué de l’une ou l’autre plate-forme, n’hésitez pas à apporter votre contribution dans les commentaires

WordPress et Drupal, les 2 communautés échangent

On aurait pu s’attendre à une bataille rangée entre les 2 « camps » mais pas du tout. Les 2 communautés ont échangé sur les avantages et les faiblesses de l’une et l’autre plate forme dans une ambiance calme et détendue. D’ailleurs le pitch c’était « tu viens les mains dans les poches », alors forcément, ça a viré plus conversation tranquilou autour d’un café plutôt  que présentation formelle.

2 usages différents

Il est ressorti de cette discussion que WordPress et Drupal sont 2 outils distincts qui répondent à des besoins différents. WordPress est un CMS – Content Management System, Drupal est un CFM, Content Management Framework.

Drupal

La courbe d’apprentissage est assez sévère. Ce système s’adresse plus  à des développeurs spécialistes qu’à des touches à tout. Drupal étant un CMF, il propose peu de choses prêtes à l’emploi out of the box. Le corollaire de ceci étant que le système est très souple et est capable de supporter de nombreuses fonctionnalités – bien au-delà de la publication de contenu – pour peu que vous investissiez du temps en développement.

Avec la mise en place d’un Drupal on s’inscrit plus dans une logique industrielle que dans une logique one a fun again. En tout cas c’est l’impression que m’ont donné les drupalistes du plateau : leur langage était beaucoup plus normé, parlant de cahier des charges, de couverture fonctionnelle, de chef de projet etc. Après le plateau j’ai d’ailleurs eu l’occasion de discuter avec l’un des intervenants habitué  à travailler sur des projets Drupal, et je lui ai demandé quel était le prix moyen d’un projet Drupal chez eux… C’est bien au-dessus du prix moyen d’un projet WordPress (en tout cas chez moi – parce que si vous allez chez Publicis, il se peut que vous payiez 60 000 € la création d’un site sous WordPress enfin je dis ça je dis rien).Avec Drupal on est dans une approche très formelle de la mise en place d’un site. Très formelle et très solide.

WordPress

WordPress est un CMS, il sert à publier des contenus en ligne et il le fait très bien. A l’inverse de Drupal, après l’installation d’un WordPress, vous pouvez quasiment commencer à écrire votre premier article sur votre sotie. Tout est prêt out of the box. Le corolaire de ceci étant qu’il est difficile de sortir de la fonction de base de WordPress : la publication de contenu.

WordPress « souffre » (le pov’ chéri) pas mal de sa réputation d’excellent outil de blogging d’où le côté pas sérieux souvent associé à cet outil. Pour autant, WordPress dispose d’une API (le système hook action et filter) qui permet de pousser assez loin cette fonctionnalité et cette API est assez méconnue.

Mais personnellement je n’utiliserai pas WordPress pour monter une boutique en ligne ou un forum. WordPress s’inscrit bien dans une approche Best of bread (le meilleur des respirations en mauvais français) où pour chaque fonctionnalité vous prenez l’outil le plus adapté. Par exemple pour une boutique en ligne avec publication de contenu, vous associez un Prestashop et un WordPress. Vous gagnerez ainsi beaucoup plus de temps à établir des passerelles entre ces 2 plateformes avec l’Api de l’une et de l’autre plutôt qu’à tordre votre WordPress pour y caser aux forceps une boutique en ligne.  La société 22 mars,  qui intervenait dans le plateau suivant expliquait justement qu’il avaient adopté ce type d’approche pour la mise en place de réseaux sociaux avec WordPress et BuddyPress. Ils font dialoguer leur WordPress avec des applis en rail, avec des outils de forums etc…

Avec Drupal, l’approche est inverse : vous investissez du temps sur la techno au départ du projet et vous créez votre boutique, votre forum et votre système de publication en ligne le tout « en » Drupal.

Rue89 et la gazette des communes

Le deuxième plateau commençait avec une intervention de Damien Ciroteau de Rue89 et de Benjamin Lupu du groupe Moniteur. Chacun des deux intervenants expliquait les raisons de leur choix technologique : la souplesse pour Rue89 et Drupal, la rapidité de mise en place et l’interface utilisateur pour Le groupe Moniteur (sur l’un de ses titres) et WordPress (un peu plus sur cette histoire ici).

Réseaux sociaux avec WordPress et Drupal

Enfin, on a vu arriver les gars de la Netscouade et de 22 mars. Tous sont spécialisés dans la création de réseaux sociaux, les premiers avec Drupal, les seconds avec WordPress.

Là, j’ai décroché. Dès qu’on parle de communauté en ligne on tombe facilement dans le bullshit marketing avec des termes anglais type networking, community manager, ou même des mots français moches du type ineractivité, profil utilisateur etc. Bon j’avoue, les créateurs de communautés en ligne c’est pas ma tasse de thé parce que là-dessus je suis un peu old school et je reste persuadé que ce n’est pas l’outil qui fait la communauté mais bel et bien le sujet. On a beau avoir la possibilité de créer des groupes dans tous les sens avec des règles complexes pour la diffusion des messages d’un groupe à un autre, avec des messageries internes qui marchent le matin de 8h à 12h puis le soir de 20h à 22h avec accès restreint mais pas que… ce n’est pas ça qui fera vivre une communauté. Un bon vieux forum animé par des passionnés, ça marche très bien.

Je relève juste une remarque d’un des membre de 22 mars (un peu moins dans le verbiage marketing que la Netscouade) qui lors du tour de table pour la présentation (pas pour lever des fonds, on était comme je ne l’ai pas signalé, dans le cadre de la semaine de la free culture) lorsqu’on lui a demandé son métier a répondu :

je suis pas vraiment développeur, je me vois plutôt comme un assembleur de briques, du code, du design.

Une des meilleurs définitions du métier de créateur de site que j’ai entendue jusqu’ici.

En plus de cette remarque judicieuse, il faut retenir que WordPress propose une solution clé en main très adaptée  à la création de réseaux sociaux avec BuddyPress alors que Drupal sait faire ce genre de sites mais avec un assemblage de divers modules. Drupal ne dispose pas solutions out of the box type BuddyPress pour la création de réseau sociaux (BuddyPress est en fait un ensemble de plugins qui transforment WordPress en réseau social) mais il est question dans la communauté Drupal de sortir un bundle de ce genre.

Pour finir

Une grosse partie du public présent dans la salle était venu avec une question :

C’est bien gentil tout ça, mais pour mon site, je prends WordPress ou Drupal ?

La question a été posée et la réponse a fusé telle un éclair dans une nuit chaude d’été : ça dépend.

Ca dépend du projet, ça dépend du budget, ça dépend de l’équipe en interne, de votre approche etc… En web, chaque projet est particulier et unique. Pour savoir quelle technologie est la plus adaptée, il faut en discuter – avec des professionnels par exemple. Je dis pas ça pour faire ma pub, mais bon si vous voulez me contacter pour en discuter 🙂

La vraie conclusion de cette table ronde, plus intéressante que la réponse de normand webmarketeur ci-dessus, était que justement la question était WordPress ou Drupal ? La question n’était plus : Open source [1], j’y vais ou j’y vais pas ?

  1. Je rappelle pour ceux qui n’ont pas suivi : WordPress et Drupal sont deux logiciels open source.

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Il m’arrive souvent de dire que choisir son CMS c’est un peu comme choisir un véhicule. Ais-je besoin d’un utilitaire, d’un cabriolet, d’une familiale, pourquoi faire quel est mon budget?

    J’ai vu des gens opter pour une petite citadine et vouloir en faire un 4×4, il faut faire attention parce que parfois vers minuit cela peut se transformer en citrouille…

  2. je reste persuadé que ce n’est pas l’outil qui fait la communauté mais bel et bien le sujet.
    Je suis d’accord, mais un outil bien construit est à mon sens nécessaire pour faire vivre un site communautaire. Et un forum aussi bien animé soit il, ne peut pas répondre à tous les besoins.

    Sinon, est-ce qu’il y a des informations sur la parution d’un module type BuddyPress pour Drupal ?

    Très intéressant comme article.
    Merci de l’avoir posté.

  3. OK, c’était donc pas si génial que ça cette conf si j’en crois ta deuxième partie… Merci pour ton report.

  4. Cette conf avait l’air très intéressante. En tout cas la conclusion l’est : au final ce n’est pas WordPress vs Drupal, mais plutôt WordPress ou Drupal en fonction du projet… Ça à l’air évident comme ça, mais ça méritait un éclairage par des professionnels !
    La prochaine fois SebyRollins sera partenaire de l’évenement afin de proposer une couverture vidéo et régaler tous les francophones non parisiens.

  5. @Philippe > jepartage ton avis, joliment exprimé d’ailleurs.
    @Fred > pas d’infos sur un évenutel module buddyPress pour Drupal. Il me semble que c’est en réflexion.
    @Seb > Il va y en avoir probablement d’autres des rencontres WP /Drupal 🙂

  6. RT @drupalistic: Rencontre des deux mondes : WordPress et Drupal http://blog.barbayellow.com/?p=1448

  7. En accord avec cette comparaison,

    1 année de développement drupal et j’en prend la mesure, pour moi maintenant, quoiqu’il en soit j’arriverai toujours plus vite à mes fins avec. Un framework aussi vaste qu’adaptable, une usine à gaz bien conçu par rapport à un outil puissant mais clés en mains.

  8. Bonjour,

    Je pense que vous vous Trompez en comparant les 2

    Je m’explique

    Cela

  9. Bonjour,

    Je pense que vous vous Trompez en comparant les 2

    Cela depend AVANT tout de votre serveur.

    Drupal est Gourmand en memoire donc plus votre charge apc est importante plus votre site a besoin de ressources..

    je dois dire que certains developpeur non Pas une approche Pro, à savoir un cahier des charges par exemple…je pense que c’est la base, bien definir son projet et avec quels moyens mis en oeuvre afin de realiser son Projet..

    de toute façon d’apres mon experience pas mal de « developpeurs » se mettent à ce genre de cmf et charge un max de modules et ensuite se plaignent que leur site tourne comme une usine à gaz..
    logique puisque cela depend des ressources de votre serveur, deplus des tonnes de modules sont dispo en opensources donc evidement on en profite, grave erreur de ne pas se limiter..

    D’experience on peut faire tourner son site Drupal + une cave de façon correcte si et seulement si votre matos est consequent..
    ce qui entraine donc des frais..

    Cela devrait etre defini en premier lieu, puis le choix de l’hebergeur ou si c’est votre propre serveur vous devez donc savoir de quoi il est capable…sinon changer de matos..

    WordPress, je connais aussi, est plus adapté
    pour les Blogs demande moins de ressources donc plus economiques

    MOn avis, et cela n’engage que moi evidement

    2 open sources pour des utlisations differentes

    Drupal,

    pour un site plus technique et une approche plus professionnel est necessaire, sinon passez votre chemin le site deviendra une usine à gaz. Ca c’est la faute des forums communautaires…,
    genre Drupalfr.org c’est corrigé depuis peu puisque il n’existait maintenantun un Wiki sur le compartif des hebergeurs par exemple…

    WordPress pour les blogs est nickel et bcp plus adapté que Drupal pour la mise en page..d’ailleur WordPress veut tout dire..

    Cependant je m’inquiete puisque de plus en plus de modules ou plugins ne seront plus gratos…on se dirige donc vers

    en tout cas des pseudo-developpeurs qui font payer 60000 euros pour un site avec l’utilisation à la base d’un cms ou cmf,
    c’est bizarre .point bar. c’est de l’open source mais certains l’on oublié..

  10. @doudi2 > je voudrais pas troller sur l’open source mais rien n’empêche quiconque de vendre un site réalisé avec un logiciel open source. Open source signifie seulement que le code qui constitue le logiciel est en accès libre et que si vous faites des modifications dessus, vous vous engager à les rendre accessibles à la communauté.

    Vendre un site réalisé sous un WordPress ou un Drupal me paraît normal à partir du moment où on facture le temps passé dessus (en paramétrage, création de thème, de plugins etc.) et non pas le code en lui même. Ceci dit encore une fois, rien n’empêche de facturer le code. Maintenant si un client est prêt à mettre 60 000 euros dans un site, ou le site en vaut la peine, ou le commercial est excellent ou le client a beaucoup d’argent.

  11. Benoît, il fallait venir pour juger sur pièces 😉 D’ailleurs je t’y avais invité pour débattre.

    D’accord sinon, avec doudi2, sur le cas des « pseudo-développeurs qui font payer 60000 euros ». Les chiffres circulent en effet, un peu sur l’air de « haha, on a bien réussi à les plumer ceux-là, de tte façon ils ont le pognon ». C’est une approche très court-termiste, qui se retournera tôt ou tard contre leurs promoteurs. A moins que ceux-ci n’aient pas l’intention de rester durablement sur le marché du conseil… C’est clairement un far west.

    Grégoire, je précise quand même 😉 Il y avait bien un pitch et une trame globale, montée avec notre co-animateur (pour Drupal). Mais tu es tellement à l’aise en toutes circonstances, qu’on t’a fait confiance. En prime, vu le nombre d’intervenants, on voulait garder une allure cool, pas rigide. Sur ce plan, je crois que ça a été plutôt réussi.

    Je vais relayer ta note très détaillée sur le blog du WebLab. Et ainsi, peut être collecter chez toi, chez nous, quelques remarques pour une prochaine rencontre justement. Et lui donner sa coloration.

  12. Pas tout chaud mais toujours très intéressant : Rencontre des deux mondes : WordPress et Drupal : http://bit.ly/cer50o

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *