Vous êtes sur Barbablog et tu kiffes jeune. Cherche sur ce blog...

Je hais flash (quand il est mal utilisé)

En ce moment, je travaille sur le site d’un client pour essayer de le positionner un peu mieux dans les SERP(s) de google. Premier réflexe : je consulte les statistques. Mon client utilise estats, qui n’est pas un outil mauvais en soi. Problème, gros problème, énorme problème : l’interface est en flash.L’interface est composée de modules. Il y a des modules partout. Chaque module comporte  une barre de défilement horizontale ou verticale, en plus de celle du navigateur. Parfois, pour consulter un chiffre précis, il faut aller en bas de la page – avec la scrollbar du navigateur – puis en bas d’un module – avec la scrollbar du module – puis en bas d’un sous-module – avec la scrollbar du sous-module. C’est relativement peu efficace. Et là j’utilise une figure de style.

Alors oui, c’est beau, quand les données se chargent. Il y a même un petit rond qui tourne pour dire que « ça arrive ». Mais comment peut-on travailler avec un outil aussi mal foutu ?! Pour couronner le tout, la molette de la souris ne fonctionne pas avec les modules flash. Il faut scroller à l’ancienne en mettant le petit curseur sur la minuscule barre de ces censuré de modules de censuré.

Je ne vais pas faire mon anti-flash primaire, sur ce coup là. Ce n’est pas flash que je n’aime pas mais l’équipe de webdesigners [1] qui a conçu cette interface. Ce que je reproche principalement à flash c’est que cet outil offre tellement de possibilités créatives qu’il est très facile de se fourvoyer dans la réalisation d’une interface telle que celle que je viens de décrire. C’est un peu comme si un webdesigner était abandonné seul au milieu d’une île déserte, sans aucune règle sociale pour le brider de quelque manière que ce soit. Certains arrivent à s’en sortir et à créer le semblant d’ordre social nécessaire à leur équilibre ; d’autres n’y arrivent pas et perdent les pédales devant tant de liberté offerte d’un seul coup. Ils se mettent alors à brûler l’île sans trop savoir pourquoi. Je pense que c’est ce qui s’est passé pour les webdesigners d’estat.

Mise à jour 07/04/2009 : résultat, je suis revenu à « l’ancienne version » en bon vieil html avec des graphiques en flash dedans et surtout avec les boutons précédents et suivants qui fonctionnent.

  1. Ils ont forcément dû s’y mettre à plusieurs pour faire un truc aussi raté, un individu seul ne pourrait réussir à faire quelque chose d’aussi grand dans la médiocrité

8 réponses à “Je hais flash (quand il est mal utilisé)”

  1. Canardo dit :

    A mon avis, et par expérience, je pense qu’aucun webdesigner n’a travaillé sur cette interface. C’est typique de l’interface non réfléchie, produite directement par un ou des développeurs.

  2. Francois dit :

    Voilà pourquoi de manière générale, je ne supporte pas Flash…
    C’est encore pire si c’est pensé avec les pieds.

  3. Galdric Pons dit :

    « Je hais flash (quand il est mal utilisé) » => http://twurl.nl/shfwq3 he’s right on that one :p

  4. flasheur dit :

    On pourrait avoir le lien vers le site histoire de se marrer steup ?
    Après mon avis, c’est que ce n’est pas la techno qui fait le webdesigner… Donc c’est juste que c’était des mauvais, c’est tout.

  5. Grégoire dit :

    @flasheur : pour le lien, il suffit d’aller sur http://estat.com/ et d’utiliser leur outil de stats (la « nouvelle » version – comme si mettre du flash sur un site ça en faisait forcément quelque chose de nouveau).

  6. Bastien dit :

    « C’est typique de l’interface non réfléchie, produite directement par un ou des développeurs. »

    Pourquoi ?, Tous les développeurs sont des boucher de l’interface ? lol :D, non la preuve, il a aussi des développeurs qui lisent Barbablog 🙂 Et puis les développeurs ont plus tendance a fuir le flash …

    En tout cas totalement d’accord avec ce post, le flash c’est bien, mais beaucoup trop souvent mal utilisé.

  7. Canardo dit :

    Loin de moi l’idée de traiter les développeurs de bouchers de l’interface. J’en sais quelque chose, j’ai été développeur !
    Mais toujours est-il que ce n’est pas particulièrement ce qu’on leur demande, et que beaucoup sont plus intéressés par des belles lignes de code et par la robustesse de leurs appli, que par leur utilisabilité.

  8. Bastien dit :

    Je m’en doute je plaisantais 🙂

    Oui c’est sur, c’est dommage. Enfin chacun son métier on va dire !
    mais c’est vrai que l’un est souvent obligé de faire le boulot de l’autre, sur des petits projets par exemple, donc sa peut vite devenir crade.

Laisser un commentaire