Faites comme The Economist : Votez Obama

6 novembre 2008 , 1 commentaire
J’arrive un peu en retard : l’élection présidentielle américaine a déjà eu lieu et tout le monde connait le nom du futur président américain. Mais ce que j’ai lu en début de semaine vaut quand même un billet.

Je regardais la Une de delicious et au milieu des traditionnels articles type « htaccess, idea idea », « Comment gagner 3 secondes au chargement de vos pages », « 10 best cheat sheet ever »… il  y avait en bonne place un article de The Economist : America should take a chance and make Barack Obama the next leader of the free world.

Intrigué par le titre, lequel laissait supposer qu’un grand journal sérieux comme The Economist aurait clairement pris parti pour l’un des deux candidats à l’élection présidentiellle américaine, je suis allé voir l’article in extenso. Mon instintct de chasseur/ trappeur canadien primé trois fois aux exercice de survie de Kho Lanta ne m’avait pas trompé : c’était écrit #000 sur #FFF, The Economist soutenait Obama :

The Economist does not have a vote, but if it did, it would cast it for Mr Obama

Là où j’ai été agréablement surpris, c’est que ce n’est pas le fait d’un éditorialiste, ce n’est pas une tribune, ce n’est pas non plus un colomnist qui s’exprime, c’est l’un des journalistes de The Economist, au nom de toute la rédaction. L’article est daté du 30 octobre 2008, 5 jours avant l’élection américaine.

En France nous n’avons pas l’habitude de ce genre de prise de positions de la part de nos grands médias. Nous sommes plutôt habitués au soutien mou et naturel :

  • Le Figaro soutient le candidat UMP
  • Le Monde soutient le socialiste libéral de service
  • l’Humanité ou ce qu’il en reste soutient le candidat communiste ou ce qu’il en reste
  • Libé Vincent soutient Vincent Delerme.

Mais personne ne le dit en termes aussi clairs.

Cela entraine un déficit de lisibilité de l’information et un discrédit du média concerné. Personnellement je me sens plutôt proches des idées socialistes. Pour autant, je suis persuadé qu’on trouve d’aussi bons journalistes au Figaro qu’au Monde ou chez Libé. Mais le fait qu’en période électorale aucun journal n’affiche clairement son soutient à un candidat ou à un autre, alors que par ailleurs chaque journal est de fait  presque génétiquement, oserais-je dire pour reprendre un terme sarkozien, orienté politiquement, ça brouille les pistes. Je serais bien plus enclin à lire le Figaro en période présidentielle si cleui-ci annonçait clairement qu’il soutient Sarkozy. Ainsi, on sait à qui on a affaire et on sait également quel biais peuvent jouer lors de la rédaction d’articles politiques.

Aucun journal n’est impartial. Le reconnaître et l’avouer publiquement comme The Economist c’est ne pas prendre ses lecteurs pour des boeufs et c’est probablement le premier pas pour redonner confiance aux citoyens dans leurs médias.

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Ca y est, c’est fait !
    Merci à George. Tes huit années d’erreurs et de mensonges ont permis qu’un presque noir, quasi socialiste, ait comme prochaine barraque une maison blanche à Washington.
    Les artistes ferrailleurs des Ateliers de l’Eclipse ( http://www.ateliers-eclipse.com ) te sont reconnaissants, ils l’ont d’ailleurs fait savoir dans la presse nationale dès la semaine dernière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.