Vous êtes sur Barbablog et tu kiffes jeune. Cherche sur ce blog...

Le web a-t-il tué la ponctuation ?

On n'écrit pas de la même manière pour le web et pour le papier, et ce, pour de nombreuses raisons : contraintes de lecture, internautes volatiles, course au référencement... Il suffit de consulter le blog de Sébastien Billard ou de Jean-Marc Hardy pour en être convaincu. Mais qu'en est-il des sacro-saintes règle typographiques ?

On n’écrit pas de la même manière pour le web et pour le papier, et ce, pour de nombreuses raisons : contraintes de lecture, internautes volatiles, course au référencement… . Il suffit de consulter le blog de Sébastien Billard ou de Jean-Marc Hardy pour en être convaincu. Mais qu’en est-il des sacro-saintes règle typographiques ?

Un média différent

De par sa nature, Le média web nous oblige à adopter une attitude pragmatique. La lecture sur écran est moins confortable et plus fatigante que la lecture sur papier. C’est pour cette raison qu’en matière de typographie, on ne peut pas respecter les mêmes règles sur le papier et sur le web.

L’exemple qui tue : les listes

Une énumération d’éléments, sur le papier, se traduit la plupart du temps par une liste de mots séparés par des virgules. Sur internet, une liste se traduit par des bullet points (<ul><li>etc…</li></ul>). Dans ce genre de liste, on ne rajoute pas de virgule ou de point virgule à la fin de chaque élément ; la séparation des éléments et les retours à la ligne est déjà bien suffisante pour indiquer au lecteur que l’ensemble de mots ainsi constitué est une liste.

Le web a t-il tué la ponctuation ?

Évidement non comme le prouve le “?” dans l’intertitre ci-dessus ainsi que tous les autres . et , utilisés dans ce billet. Seulement on ne peut pas utiliser les mêmes règles typographiques sur le web et sur le papier. Muriel de écrire pour le web partage ses réflexions sur le sujet dans son billet typographie et web. Elle y compare les usages typographiques standards (présentation des noms de familles, de références bibliographiques, d’acronymes…) sur le papier et le web et donne à chaque fois ses “best practices”. La plupart du temps elle privilégie la lisibilité au respect des règles. De mon côté j’ai également un approche assez pragmatique de la typo sur le web. Comme elle le dit elle-même :

Et puis, n’est-ce pas Le Monde ou Libé qui a abandonné, il y a quelques années, les insécables même dans le format papier ? Soyons dans notre temps, dans le média et innovons

6 réponses à “Le web a-t-il tué la ponctuation ?”

  1. fredmac dit :

    Salut,
    Chouette un sujet polémique. 🙂

    J’avoue que ton raisonnement me laisse dubitatif…

    Si la plupart des sites n’utilisent pas la ponctuation ni même les règles typographiques, cela n’est-il pas davantage du à leur méconnaissance ?

    Ce que l’on tente de faire passer pour une modernité, n’est-il pas en réalité le cache sexe de notre méconnaissance ? Après tout un texte est un texte, et le clavier d’un ordinateur comporte bien jusqu’à preuve du contraire, l’ensemble des signes de ponctuations disponibles pour les langues latine.

    A l’instar d’une partition de musique, la ponctuation donne sens et rythme à un texte et ce quel qu’en soit le support. Ne pas tenir compte de cet élément structurant de sens qu’est la ponction tient de la bêtise. On flatte l’ignorance en la faisant passer pour de la modernité…

    Enfin ne faudrait-il pas y voir là, l’influence de la langue anglaise ? Langue d’usage sur le web, et qui ne dispose guère d’une ponctuation digne de ce nom.

    FRED

  2. argh en vrai c le sms qui ma tuer petit

    Sans rire, y a des fotes d orthografe dans ton post et c pas trop ton genre d’habitude où je rêve ? tu l’as écrit avec le pouce ??

  3. bruno bichet dit :

    j’ai une formation plutôt littéraire et j’ai plutôt l’habitude de faire des phrases alambiquées.

    Quand j’écris pour/sur le web, j’ai tendance à privilégier l’efficacité, mais jamais au détriment de la ponctuation !

    Je préfère 1000 fois être incompris, plutôt que d’être mal compris… (‘tain, c’est du lourd, ça 😉 )

  4. Perso j’ai fait le choix d’outrepasser certaines règles, qui sont plutôt d’ordre « canonique » que fonctionnel. Par exemple je fais usages de virgules pour faciliter la lecture, je respecte les espaces avant et après les signes doubles. Par contre j’utilise volontairement les guillemets informatiques (« ) et non les guillemets français, parce que ces derniers sont difficiles à taper, et parce que je les trouve laids pour la lecture sur écran. De même pour abréger une citation, j’utilise les parenthèses (…) au lieu des crochets […] simplement parce que Dotclear interprète mal les crochets. Pour ce qui est des espaces insécables j’aimerais les utiliser mais ne le fait pas, parce que j’ai envie d’écrire et non pas de faire du HTML. Si cela était simple comme dans Open Office (Ctrl+espace il me semble) je les utiliserais.

  5. jus-2-fruits dit :

    Je suis d’accord, notre clavier a de sérieuses lacunes mais ça m’étonne qu’on se laisse aller à tant de paresse. Il y a pas moins de 10 codes Ansi à retenir pour trouver les bons caractères spéciaux… ça tient sur un post-it. À force, ça devient automatique: « (0171), » (0187), (0160 espace insécable), Ç (0199), etc. Dotclear (et les autres) n’a-t-il pas là un rôle à jouer pour faciliter la rédaction ?

Laisser un commentaire