5 mars 2008 # # 4 commentaires

Contenu utilisateur : les américains découvrent la modération

Hallucinant ! Nos amis américains sont en émoi depuis quelques jours : il se pourrait que les sites US soient désormais tenus responsables des propos tenus par leurs utilisateurs (dans les forums ou les commentaires des articles) :

What if newspapers were liable for content published by users? This could happen if the US Congress takes away the protections of Section 230, if newspapers continue to encourage anonymous – and abusive – comments.

The Editors weblog, US: How Philly.com solved its user comment problems

Oui, vous avez bien lu ! Je peux être éditeur d’un site aux Etats-Unis et avoir des commentaires racistes dessus, c’est pas grave, ce n’est pas moi qui les ai tenu, c’est toto24, et selon le sacro-principe du c’est lui, c’est pas moi je ne suis pas responsable devant la loi. Pas très surprenant aux pays du libéralisme et des libertés individuelles, mais quand même, cet article de the Editors Weblog m’a valu un beau ho putain, c’est pas vrai devant mon écran ce matin.

Devant ce possible changement de loi, nos amis américains commencent à s’inquiéter et The editors Weblog propose quelques pistes aux animateurs de communauté pour mettre en place une saine politique de participation [1] ou, en moins hypocrite, une politique efficace de modération :

  • enregistrement obligatoire avec adresse email
  • nom d’utilisateur unique, de préférence avec un vrai nom (Grégoire plutôt que Barbayellow par exemple)
  • mise en place de filtres automatiques sur certains mots clés
  • ajouter un bouton « Alerter le modérateur » en dessous de chaque commentaire
  • avoir une charte de commentaire explicite pour les utilisateurs
  • avoir la possibilité d’activer / désactiver les commentaires article par article. Certains sujets engendrent systématiquement des dérives dans les commentaires (sujet sur l’immigration par exemple)
  • ne pas modérer a priori tous les commentaires mais réagir au cas par cas lorsqu’un abus est signalé

C’est du bon sens et n’importe quel gars qui a un jour monté / animé / participé /posté / modéré / un forum dans un pays où liberté individuelle n’est pas synonyme de port d’arme est au courant de ce genre de précautions. Mais ça a le mérite d’être rappelé.

  1. healthy online interaction en anglais dans le texte

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Les états-unis sont criticables sur bien des points, cela dit, leur principe de sacro-sainte liberté d’expression, je le trouve intéressant.

  2. Arrête moi si je me trompe mais il me semble que a fait pas si longtemps que ça qu’on est dans le même cas en France… La LEN, non?

    Je me souviens, les hébergeurs n’en voulaient pas, ils disaient qu’ils allaient faire faillite avec tous les modérateurs qu’ils allaient devoir employer.

    J’avais igné la pétition, je l’avais même faite tourner au lycée.

  3. Baptiste, je t’arrête 🙂

    Avant la LEN, les éditeurs de contenu étaient déjà responsables de tout ce qui était publié chez eux. Par exemple un gars qui tient un forum est responsable de tout ce qui s’y dit, même si c’est un membre lambda de son forum qui l’écrit.

    Ce dont ut parles à porpos de la LEN, c’est différent : en janvier 2004, lors d’une énième proposition de loi, la LEN voulait tenir pour responsable des contenus les hébergeurs eux-même, hébergeur au sens technique du terme, (free, ovh, online, amen…). Elle leur demandait de mettre en place des filtres pour supprimer le contenu « illicite » avant même qu’il ne soit publié. Ce volet (complètement délirant) a été abandoné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.