Qu’on ne me parle plus de réseaux sociaux en 2008

C’est la nouvelle année et le mois de janvier, c’est la saison des prévisions. Chaque blog d’expert, chaque site se livre à des prévisions sur ce qui va arriver en 208 sur le web. On parle du retour du payant, d’UGC, de réseaux sociaux, de concentration, de nouveaux terminaux mobiles, de cloud computing, de résaux sociaux, de web sémantique, de html5, de réseaux sociaux, de réseaux sociaux et encore de réseaux sociaux.

Ma prévision c’est qu’en 2008, on ne parlera plus parlera moins de réseaux sociaux.

Halte au bavardage sur les réseaux sociaux

En 2008, On va arrêter de nous bassiner avec MySpace, Hi5, Linkedin et surtout avec Facebook. Facebook est certes un phénomène en terme de rapidité de croissance et d’adoption ce n’est jamais qu’un réseau social de plus et certainement pas comme j’ai pu le lire ici ou là un nouveau média à lui tout seul.

Il y a un an, après son rachat par Murdoch, on disait la même chose de mySpace : Il y aura un web dans le web. L’audience de MySpace est tellement énorme que c’est devenu un média à lui tout seul. Résultat, un an après, MySpace a toujours plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs et ce n’est toujours qu’un simple site web. Ce sera pareil pour Facebook.

Facebook : un site web de plus

Même si Facebook a apporté son lot d’innovations avec son système d’applications et son langage propriétaire pour créer lesdites applications, Le FBML [1], qui n’est au pasage rien d’autre qu’une API et les API ma bonne dame ça exite depuis quelques années déjà, même s’il est plus ou moins prévu que les applications Facebook puissent disposer d’un système leur permettant d’exister en mode déconnecté et s’intégrer plus étroitement avec votre OS, Facebook n’est jamais qu’un site web de plus, fait en bon vieux html, avec du bon vieux javascript, de bonnes vieilles images et un bon vieux serveur derrière qui sert le tout et avec le sourire en prime. Un site web quoi.

L’effet plateau

Certes, il est vrai que la courbe de croissance de Facebook est assez spectaculaire. Mais aujourd’hui, elle stagne. C’est l’effet plateau déjà observé chez MySpace et Frienster.

MySpace vs Facebook

Vu le niveau de traffic donnée par Alexa [2] aujourd’hui équivalent à celui de MySpace, ça m’étonnerait pas trop que la population des utilisateurs de Facebook recoupe à peu près celle des utilisateurs de MySpace, de Friendster, de Hi5 ou n’importe quel autre réseau social.

Cette population est finie. Elle ne s’étendra pas à volonté. Pour convaincre d’autres utilisateur avec d’autres profils (moins geeks peut-être,) il faudrait que les réseaux sociaux changent ou se verticalisent. C’est à dire qu’ils ne s’adressent plus à tout le monde mais à un type de population précis. C’est ce qu’ont commencé à faire des sites comme Haiflix avec les professionales de la coiffure, Military Networks avec les militaires, Sermo avec les professionels de la santé ou Zolve avec les agents immobiliers.

Le meilleur de tous les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ont proposé une nouvelle manière de consommer de l’internet, dans le cadre d’un environnement fermé et presque [3] maîtrisé et en exacerbant le phénomène de contact ou d’amis. Cependant, ils n’ont certainement pas réinventé le web et encore moins les usages sociaux de celui-ci .

Si on prend une la courbe de progression de blogger, la plate forme de blog de google, on observe que celle ci dépasse de loin la plus haute courbe de n’importe quelle réseau social. Si on ajoute à ça les autres plateformes de blog comme WordPress, Live Journal et la multitude de sites et blogs personnels, les réseaux sociaux sont carrément dans les choux.

MySpace vs Facebook

Certes, un réseau social a plus d’unité et d’homogénéité que plusieurs milliers de blogs dispersés, ce qui offre d’autres opportunités en terme de modèle économique, de ciblage, d’annonceurs… Mais je ne parle pas ici d’économie, je parle des usages. Et en terme d’usage, le meilleur réseau social reste le web lui-même.

Alors, en 2008, s’il vous plaît, arrêtez de me parler de réseaux sociaux.

Sinon, mon profil facebook, c’est ici.

Je n’ai pas eu toutes ces idées tout seul et comme je ne suis pas un vil copieur je cite mes sources : j’ai repris et librement adapté dans ce billet la première prévision de l’article de sitepoint The future of the web : What to expect in 2088.

  1. Au passage, en tant que développeur bidouilleur, je me permets de signaler à Mark Zuckerberg que je ne suis vraiment pas content qu’ils m’aient pbligés à apprendre un énième langage pour créer un bout d’application pour un site web, j’aurais préféré de loin qu’ils s’en tiennent au html ou même au xml
  2. ok, je sais que ce n’est pas un outil si fiable que ça mais ça donne une tendance et en plus c’est moins cher qu’un accès aux chiffresde Nielsen
  3. je dis presque parce que vu les difficultés des réseaux sociaux pour diffuser de la pub ciblée, ce qui était quand même censée être la grande innovation de ces réseaux et le Killer argument pour les rameuter de l’annonceur, l’environement est encore loin d’être tout à fait maîtrisé.

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Je suis étonné de ne pas voir mentionné Music360 dans ta liste de réseaux sociaux verticaux… Après les militaires, les agents immo et les pros de la santé, c’est ici aux musiciens qu’on s’adresse.

  2. Oups, comment ai-je pu oublier de mentionner Music360… Allez hop, pour me faire pardonner, j’enlève le nofollow dans les commentaires.

    Perso je trouve que Music 360 n’est pas tant un réseau social qu’un agrégateur « social » et « user content generated driven » de contenus vidéos très spécifiques (les vidéos de musiciens) issus de services vidéos tels que Daily motion et YouTube.

    Ce qui est également très malin 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *