Webpsychosigner

Un bon webdesigner n’est-il pas en premier lieu un fin psychologue ?

C’est la question que se pose Eric Dupin dans son billet le casse-tête de la charte graphique dans le design de site web.

Je me souviens alors que j’étais jeune et fou et plein d’enthousiasme et encore étudiant, je lisais avec avidité les forums de l’excellent Praktica, forums fréquentés par des graphistes, des intégrateurs, des développeurs, des freelances, des agences…. Bref tout ce que le web comptait d’indépendant ou de petite boîtes de créa a dû faire un tour un jour ou l’autre sur les forums de Prak – comme on disait à l’époque.

L’une des questions qui revenait de manière récurrente dans ces forums était :

Est-ce que nous, graphistes, webdesigners, flasheurs… est-ce que nous sommes des artistes ? Ou sommes-nous finalement que de simples et misérables vers de terre attendant le jour du jugement dernier dans l’obscurité ?

S’ensuivaient des threads débats longs et trollés passionnés qui se résumaient en substance à l’affrontement de 2 points de vue :

  • oui nous sommes des artistes ;
  • non, nous sommes des artisans.

Et jamais rien sur les vers de terre.

J’ai toujours trouvé que se poser la question en ces termes était pompeux et réducteur. Et voilà qu’Eric Dupin, à l’image de François Bayrou lors de la dernière élection présidentielle, nous offre une troisième voie : nous ne sommes ni artistes ni artisans, nous sommes avant tout psychologues.

Autant je n’ai pas voté Bayrou, autant je suis à fond pour cette troisième voie. Le rôle d’un bon designer c’est avant tout de comprendre ce qu’on lui demande, de le reformuler, de recadrer parfois ses commanditaires et une fois ce long et fastidieux travail de débroussaillage effectué, alors le designer peut enfin ouvrir son photoshop préféré et commencer à faire des arrondis et des dégradés de gris.

Un excellent billet donc, d’autant plus excellent qu’Eric Dupin nous livre en bonus sa propre méthode de conduite de projets. A lire donc.

P.S. : marrant comme les professionnels du web se posent des questions sur la nature de leur travail. Je ne fais d’ailleurs pas exception à la règle. Pas étonnant finalement quand on considère le fait que les plus vieux de ces métiers n’ont qu’une petite dizaine d’années.

Technorati Tags: ,

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Se remettre en question, c’est aussi faire une auto critique et avancer. Qui ne ce pose pas de question sur ce qu’il fait n’avance pas.

    Maintenant j’aime bien cette troisième voix aussi 🙂 (même si je ne suis pas webdesigner ‘officiel’).

  2. Damned, ça va devenir difficile de savoir comment causer avec des gens qui peuvent être artistes, artisans ou/et psychologues.

  3. pouype >> tu ne serais pas bayrouiste toi 😉

    la parizienne >> mais non, mais non… « Nous » avons su rester simples.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *