Une image n’étant que la capture d’un moment par la volontée d’une personne, elle est donc contrainte par sa nature à être dépendante du contexte dans laquelle elle a été générée.

L’universalité d’une image ne peut être garanti, mais la question à se poser n’est pas temps de savoir si une icône est universelle, mais celle ci : une icône peut elle générer une acceptation universelle.

Prenons ainsi l’icône du ciseau qui permet de couper un élément de texte.
Si je voulais décrire par une image l’action de couper, j’aurais un choix assez vaste à ma disposition, ce choix serait sans doute conditionner par un tas de facteur extérieur mêmes à l’action de couper : tâche effectuer la veille, humeur, conscience collective… Cependant force m’est de constater que l’icône paie de ciseau que je n’aurais pas forcément choisi me fait immédiatement penser à l’action de couper.

Il me faudrait plus que quelques lignes pour continuer sur le sujet, mais l’on peut dire qu’il y a universalité des certaines icônes non parce que l’image qu’il renvoie est l’unique manière de véhiculer une idée, mais bien parce l’image qu’il renvoie véhicule cette idée.

Un couleur a des signification différentes selon les cultures, mais notre inconscient réagit de manière identique face à certaines couleurs.

L’image d’une femme renverra toujours à la femme même pour un extra terrestre, mais ce ne serait sans doute pas l’image qu’il aurait choisi lui pour représenter une femme.