Vous êtes sur Barbablog et tu kiffes jeune. Cherche sur ce blog...

Quand Jakob Nielsen se frotte aux concepts du web2.0

Jakob Nielsen, gourou de l’utilisabilité, publie un billet fracassant sur la participation des internautes dans les communautés en ligne. En substance :

In most online communities, 90% of users are lurkers who never contribute, 9% of users contribute a little, and 1% of users account for almost all the action.

Avec 93 billets, 166 commentaires et une moyenne de 28 visiteurs uniques par jour, j’en conclus mathématiquement que le barbablog héberge 2,8 commentateurs actifs, lesquels postent en moyenne 1,78 commentaires par billet. Dur…

Heureusement, Jakob, dans sa grande mansuétude, nous donne quelques pistes (très intéressantes) pour aider les utilisateurs à faire le grand saut et passer du statut de lurker à celui de contributeur actif.

8 réponses à “Quand Jakob Nielsen se frotte aux concepts du web2.0”

  1. Pour avoir plus de contributeurs, il te faut plus de lecteurs, c’est mathématique. Cependant, il faut tenir compte du théorème de Dumont : « Plus les billets ont un thème sérieux et un contenu étudié, moins il y a de commentaires. ».

    Oui, je sais, c’est dur, mais ça t’apprendra à faire des billets intéressants ! 😉

  2. mustapha dit :

    S’assurer plus de participation exige aussi de choyer ses lecteurs et ça, ça prend du temps: il faut leur répondre, les mettre à l’aise et les inciter/motiver à échanger entre eux.
    Comme le précise le billet de J. Nielsen, le challenge n’est pas nouveau et se posait déjà, se pose toujours avec les forums de discussion, d’où leur besoin en animateurs pour constituer un noyau dur de participants.
    Sur ce même sujet, (re)lire cet article « How to turn lurkers into poster« , il date de … 2003.

    –mustapha

  3. Je crois que Grégoire prend déjà très soin de ses lecteurs et répond généralement à leurs commentaires.

    Il est difficile de ne pas avoir de commentaires lorsqu’on a écrit un billet. Que s’est-il passé ? A-t-on été lu ? Pourquoi n’y a-t-il pas de réactions ??

    Personnellement, quand je lis un bon billet un peu technique dans mon agrégateur et que je suis entièrement d’accord, il est rare que je vienne sur le site pour juste laisser un commentaire du style : « Ah oui, bien, bon billet, bravo », etc… Si je n’ai que le chapeau dans mon agrégateur, même si je viens lire la suite sur le site, si je n’ai rien de plus à dire, je ne laisse pas de commentaire non plus. Réduire le contenu syndiqué ne sert donc qu’à embêter les gens qui utilisent les fils.

    Il manque un outil dans l’agrégateur, un bouton à la façon d’un Digg-like qui permettrait d’un clic de dire qu’on a apprécié le billet, voire de le noter. Idéalement, ce clic permettrait aussi d’envoyer les billets du jour que j’ai approuvés sur une page web intitulée « Les bons billets du jour » (oui, j’aime les titres fantaisistes).

    Bref, je n’aime pas laisser un commentaire peu ou pas constructif et je regrette de ne pas pouvoir mettre en valeur la qualité d’un billet sauf en faisant un lien depuis l’un de mes blogs, ce qui est à peine fastidieux sur la durée…

  4. Gregoire dit :

    Merci pour la référence Mustapha ! Bookmarqué dans mon delicious ! Au fait, « choyer ses lecteurs », c’est l’expérience qui parle ? 😉

    Et oui Delphine, mes 3 lecteurs, je les soigne ! Ceci dit pas autant que toi tu ne les soigne chez toi > 1 commentaire déposé = 1 réponse dans la minute 😉

    Effectivement, déposer un commentaire suppose d’avoir matière à rebondir, de prendre le temps de formaliser son idée et enfin de l’écrire. L’une des pistes abordées par Jakob Nielsen dans son billet est justement de faciliter la participation des utilisateurs sur un site. Idéalement, dans le cas que tu cites (un billet avec lequel tu es globalement d’accord et sur lequel tu n’as trop rien à redire sinon « oui, je suis d’accord ») la solution serait peut-être de proposer aux lecteurs de noter le dit billet avec un système de rating en étoiles (****), histoire d’offrir un premier degré de participation à lutilisateur, moins « contraignant » que le commentaire. Prochainement dans le barbablog qui sait 😉 ?

  5. Grégoire > « Et oui Delphine, mes 3 lecteurs, je les soigne ! Ceci dit pas autant que toi tu ne les soigne chez toi > 1 commentaire déposé = 1 réponse dans la minute »

    Oui, mais c’est le boulot de toute une équipe ! Dès qu’il y a un commentaire, on déclenche le code rouge, on a une minute pour concevoir et poster la réponse. C’est chaud ! Je voudrais donc remercier mon staff qui fait un boulot superbe. 🙂

  6. fredmac dit :

    Bonjour,
    Effectivement, il est difficile d’intervenir lorsque le billet est de qualité.

    De plus si l’on analyse la démarche en terme de temps, il faut bien avouer que ce n’est pas la seule lecture du billet qui importe, mais qu’il faut prendre en compte les articles qui sont proposés en lien de référence…

    Enfin, ajouterais-je, il ne faut surtout pas oublier que la plupart des articles sont anglophonnes et de ce fait rebute la plupart des lecteurs (pas tous fort heureusement). Ce faisant, il est difficile d’intervenir sur un sujet où l’on a pas lu les éléments cités en référence. Je crois que l’on touche là un point qui est loin d’être marginal.

  7. Jean-Philippe dit :

    Je rejoins Mustapha (étonnant hein ? 🙂 ). Avant de faire réagir une communauté, il faut la construire, la fédérer, puis l’animer. Sujet qui n’est finalement pas très nouveau, il se posait déjà avec les outil « 1.0 » comme les forums de discussions ou les groupes Usenet. l’écueil étant de confondre le moyen avec la fin.

    Et finalement, la question à 0.30 € du jour : ecrit-on pour être lu ou pour être commenté / débattu ?

  8. Gregoire dit :

    Pour le plaisir !

Laisser un commentaire