La démocratie Internet

Dominique Cardon, chercheur en sociologie vendu au grand capital puisqu'il travaille entre autres pour orange labs, écrit malgré tout des choses assez subversives. Dans son livre, la Démocratie Internet, il explique qu'Internet a remodelé les frontières entre l'espace public et la sphère privée. En introduisant une zone de "clair obscur", Internet a donné la parole à des acteurs qui jusqu'ici ne l'avaient jamais eu.

Dominique Cardon, chercheur en sociologie vendu au grand capital puisqu'il travaille entre autres pour orange labs, écrit malgré tout des choses assez subversives. Dans son livre, la Démocratie Internet, il explique qu'Internet a remodelé les frontières entre l'espace public et la sphère privée. En introduisant une zone de "clair obscur", Internet a donné la parole à des acteurs qui jusqu'ici ne l'avaient jamais eu.

Entres autres perles dans ce livre, on trouve un passage qui cloue le bec à mon sens à tous les Cazeneuve du web pour qui Internet est un espace dangereux, à contrôler, lieu tous les dangers et de toutes les « radicalisations » :

Il n’est guère de polémiques suscitées par Internet qui ne s’inquiètent du mauvais usage que les individus pourraient faire de leur liberté nouvelle. Les procureurs de l’espace public numérique ne parlent jamais pour eux, mais toujours pour les autres. Eux savent, contrôlent, trient la bonne et la mauvaise information, ne sont dupes der rien

Pour Dominique Cardon, en faisant émerger de nouvelles voix face aux détenteurs « classiques » de la parole publique, Internet est devenu « un instrument de lutte contre l’infantilisation des citoyens dans un régime qui est censé leur confier le pouvoir. »

Hasta la Revolución, Dominique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *