Une vision courtermiste de la technologie

"Oh nooooon, pas zimbra, c'est comme si vous utilisiez un N90. C'est robuste, ça marche mais c'est complètement obsolète". C'est le genre de réaction qu'on entend parfois quand on discute avec des DSI lorsqu'on leur dit qu'on souhaite utiliser des outils libres pour gérer ses emails.
Prenez plutôt Google ou Microsoft 365, ce serait une faute erreur de ne pas le faire
Des services hébergés par des entreprises américaines dont on se doutait depuis longtemps et dont on sait avec certitude depuis 2013 qu'elles font peu cas des données de leurs utilisateurs.

"Oh nooooon, pas zimbra, c'est comme si vous utilisiez un N90. C'est robuste, ça marche mais c'est complètement obsolète". C'est le genre de réaction qu'on entend parfois quand on discute avec des DSI lorsqu'on leur dit qu'on souhaite utiliser des outils libres pour gérer ses emails. Prenez plutôt Google ou Microsoft 365, ce serait une faute erreur de ne pas le faire Des services hébergés par des entreprises américaines dont on se doutait depuis longtemps et dont on sait avec certitude depuis 2013 qu'elles font peu cas des données de leurs utilisateurs.

Pour être sûr de ne pas être un jusqu’au-boutiste librextrémiste et m’assurer que je ne suis pas le seul au monde à préférer utiliser des alternatives aux deux grands géants américains que sont Microsoft et Google, j’ai recherché quels étaient les avantages et inconvénients de Zimbra, Gmail et Office 365. Je suis tombé sur une démonstration implacable :

L’inconvénient principal est qu’une multinationale dont l’un des objectifs est la recherche de profit scannerait tous vos emails

Un deuxième inconvénient est que vous exposeriez tous les mails échangés avec vos partenaires aux mêmes violations de vie privée

Un troisième inconvénient est que vous enverriez comme message à tout le monde que vous êtes complètement d’accord avec ces inconvénients

Utiliser G Suite ou Office365 sous prétexte que l’intégration avec des services tiers est plus facile, c’est aussi intelligent qu’utiliser des semences stériles Monsanto pour une récolte au motif que celles-ci auront un meilleur rendement. C’est une vision court-termiste de la technologie. Ce n’est pas en cherchant à tout prix le service qui aura la plus belle interface graphique ou qui sera le mieux intégré qu’on favorisera la diversité dans la création et l’utilisation d’outils informatiques ni la décentralisation d’ailleurs.

C’est à force de petits renoncements qu’une partie d’Internet est devenue un gros machin commercial dominé par quelques multinationales. C’est à force de petits renoncements quotidiens que le monde qu’on souhaite changer ne change pas ou si peu. Si on a pour ambition de le changer, il faut le faire jusqu’au bout, pas juste quand ça nous arrange.

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Une vision courtermiste de la technologie https://t.co/ekBIah6yIJ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *