Vous êtes sur Barbablog et tu kiffes jeune. Cherche sur ce blog...

L’histoire de la « playpump » ou comment (ne pas) changer le monde

Vous connaissez l’histoire de la « PlayPump » ? Elle nous est racontée par Michael Hobbes dans son article The Problem With International Development—and a Plan to Fix It.

La playpump était était une idée géniale :  une  machine ludique avec un tourniquet de toute les couleurs qui une fois actionné par des enfants permettait de pomper de l’eau d’un puits. PlayPump international, l’ong à l’origine du projet avait pensé à tout : pour financer l’entretien, les réservoirs d’eau allaient servir d’espace d’affichage publicitaire. Et si aucun annonceur n’achetait l’espace en question, il servirait à diffuser des messages de prévention sur le sida.

PlayPump international à levé énormément d’argent et reçu de nombreux soutiens, notamment de Bill clinton, Laura Bush et Jay Z. Trois ans après le lancement du projet, une équipe d’une autre ONG, “Frontline”, est revenue sur les sites de déploiements des playpump. Ils ont découvert des pompes abandonnées, à moitié rouillées, des espaces publicitaires vides, des femmes pliées en deux pour actionner le tourniquet. La plupart des villages ne s’étaient même pas vus demandés s’ils voulaient une playpump. Elle a juste été installér, remplaçant même parfois la pompe traditionnelle à mains. Dans l’un des villages, les adultes payaient les enfants pour faire tourner la pompe.

Après avoir travaillée 6 ans dans le monde des ong, l’histoire de la playpump – une idée géniale sur le papier avec subventions et soutiens à gogo, un échec retentissant sur le terrain – me parle.

A croire que c’est le cycle normal d’un projet dans une ONG et qu’aucune n’arrivera jamais à en sortir : on déploie un projet test, ça fonctionne, on le réplique massivement, c’est l’échec, le gros échec, l’échec massif l’#epicfailure.

Hobbes propose une solution simple pour sortir de ce cycle infernal, une solution frappée au coin du bon sens (à croire que c’est une denrée rare chez les idéalistes gauchistes qui travaillent en ONG) : un projet qui marche à un endroit donné n’est pas forcément réplicable ailleurs ; il faut le tester à un endroit, si ça marche, le tester ailleurs, si ça marche, le tester encore ailleurs et ainsi de suite. C’est chiant mais c’est comme ça.

The repeated “success, scale, fail” experience of the last 20 years of development practice suggests something super boring: Development projects thrive or tank according to the specific dynamics of the place in which they’re applied. It’s not that you test something in one place, then scale it up to 50. It’s that you test it in one place, then test it in another, then another.

Le seul moyen de savoir si un modèle « marche » est de l’évaluer, pas uniquement pendant la phase de déploiement initial, mais aussi après et constamment.

Hobbes rappelle une chose essentielle que toute personne impliquée dans un projet de développement, en ONG, en asso, ou ailleurs devrait toujours garder en tête : nous ne changerons pas le monde avec un projet ou une idée aussi géniale soit-elle, nous allons éventuellement l’améliorer, par petite touches successives, si et seulement si nous sommes assez intelligents pour évaluer l’impact de nos projets, apprendre de nos échecs et les adapter aux situations particulières. 

Pour revenir à la playpump,  en fait, il y a un happy end :

The pumps, however, are still being installed by Roundabout Water Solutions, an NGO that markets them as a “niche solution” that should only be installed at primary schools in poor rural areas. Four years ago, the same evaluations that so harshly criticized the rapid expansion of the project also acknowledged that, in some villages, under the right circumstances, they were fabulously helpful.



Reagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. PixelKarma

    La « playpump » ou comment ne pas changer le monde https://t.co/MgC0EF2tPO

  2. daks_

    RT @Barbayellow: La « playpump » ou comment ne pas changer le monde https://t.co/6Q4D6yB1Rt

  3. Barbayellow

    L’histoire de la « playpump » ou comment changer le monde https://t.co/eYjRTWHLPI

  4. Sev6rapian

    RT @Barbayellow: L’histoire de la « playpump » ou comment changer le monde https://t.co/eYjRTWHLPI

Haut de la liste
Votre commentaire