Vous êtes sur Barbablog et tu kiffes jeune. Cherche sur ce blog...

Numérique éducatif : la France enfin sur les rails. Vraiment ?

On peut lire sur le site de notre ministre de l’éducation un article sur le salon Educatec-Educatic qui s’est tenu au mois de mars et qui a réuni  industriels et les éditeurs de la communauté éducative. Celui-ci est intitulé Numérique éducatif : la France enfin sur les rails ce qui semble être une marque d’approbation à l’encontre dudit salon. Et c’est plutôt inquiétant.

Spécialement si on lit avec attention les propos rapportés de la directrice de ce salon, Ghislaine de Chambine. Celle-ci fait montre d’une vision assez malheureuse du plan numérique puisque selon elle, la présence pour la première fois de Google Éducation au salon « prouve que la France est vraiment mûre«

Google est déjà très implantée aux Etats Unis dans le monde de l’éducation. La firme de Mountain View inonde déjà les universités de Chromebooks, des terminaux idiots mais pas chers, qui  enferment l’utilisateur dans l’écosystème Google.

Non Ghislaine, la présence de Google à un salon de l’éducation ne prouve en rien que la France soit mûre. Ça prouve juste que Google est mûr pour attaquer le monde de l’éducation, et si tu n’y prends pas garde, tes enfants et petits enfants se retrouveront à étudier sur des produits Google et uniquement des produits Google. Ils penseront que Gmail c’est le mail, que Google.com c’est Internet et que Google hangout est le seul moyen de passer un appel par voip. Et ça ce n’est pas le plus grave. Quand tu tiens les tuyaux, tu peux contrôler les contenus. Donc non, Ghislaine, Najat, la France n’est pas vraiment sur les bons rails.

Source : Numérique éducatif : la France enfin sur les rails | Najat Vallaud-Belkacem



Reagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

No comments...

Votre commentaire