Du droit à l’oubli au capitalisme de la surveillance par Olivier Ertzscheid

Quand Google se bat contre la CNIL qui veut lui imposer l’extension d’une demande de dé-réfenrencement à l’ensemble de ses moteurs de recherche, quelle que soit leurs localisations et leurs extensions (le droit à l’oubli était jusqu’ici limité au domaine restreints à l’Europe : .fr, .eu, . co.uk; .es …) c’est un combat vain, doublé d’une imposture. A lire : sur le blog d’Olivier Ertzscheid : Du droit à l’oubli au capitalisme de la surveillance.

Si la question du droit à l’oubli est aussi vaine que potentiellement dangereuse c’est parce qu’en plus d’être une imposture lexicale, elle a pour résultat d’occulter la question essentielle du droit à la non-collecte (et donc au non-traçage) d’informations sur nos comportements connectés.

Source : affordance.info: Du droit à l’oubli au capitalisme de la surveillance.

Réagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Benjamin Grinda liked this on Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *