@Bertrand >> dans les années 80, je préférais de loin jouer aux billes ou lire Tistou les pouces verts que de dénoncer les dérives de la société et de proposer des alternatives. J’avais une petite dizaine d’années à la fin des années 80, tu me pardonneras mes erreurs de jeunesse.
Ensuite, je ne suis pas vraiment journaliste, mais plutôt geek et libriste. Quand j’écris Hacktivistes, développeurs et libristes, si vous voulez être utiles, vraiment utiles, pensez aux utilisateurs, je m’inclus dans le lot. J’essaye à mon niveau de justement changer cet état de fait tous les jours que dieu – s’il existe – fait.

@alex >> le coup du permis on me l’a sorti sur Twitter. Or, jusqu’à preuve du contraire, on a pas besoin d’un permis pour utiliser un ordinateur, dieu – s’il existe – merci. Le problème ce n’est pas que les journalistes soient idiots, c’est que dans les formations journalistiques il n’y a pas ou peu de cours sur la sécurité numérique. C’est dommage voire dommageable à l’heure où quasiment tous les journalistes utilisent un ordinateur pour faire leur travail.
Quant à ta dernière réflexion sur « C’est presque normal que les journaleux les plus cons soient ceux qui se retrouvent en galère ( ou en prison) », je tiens à te préciser que lorsqu’un journaliste se retrouve en prison, c’est très rarement parce que ses communications ont été interceptées. Beaucoup de pays n’ont pas besoin de ça pour enfermer leurs journalistes. Quant à trouver normal qu’un type se retrouve en prison parce qu’il fait son métier, qu’il soit idiot ou pas, je ne pense pas moi que ce soit vraiment normal. Si on enfermait les cons, les rues seraient probablement désertes.