Vous êtes sur Barbablog et tu kiffes jeune. Cherche sur ce blog...

Fainéant, c’est une qualité

En mars dernier, j’ai été jury dans le cadre d’une formation professionnelle en multimédia. Dans le cadre de cette formation, les élèves abordent énormément de choses : html, css, flash, director (!), photoshop, illustrator, javascript, php etc… Bref toute la panoplie du potentiel intégrateur / développeur / webdesigner / graphiste web. C’est une formation continue ; les élèves sont en apprentissage en entreprise 1 semaine sur 2 et tous n’ont pas le temps – ou pour être plus juste ne prennent pas le temps – de creuser tel ou tel aspect de la formation. Rien que de très classique finalement. C’est à mon sens une des raisons pour lesquelles le niveau projets était si hétérogène.

lazy

Je suis plutôt cool comme jury. J’ai en mémoire mes années d’étudiant en informatique et multimédia et je me rappelle très bien que je n’avais pas le temps de creuser tous les sujets. Par exemple, le C aujourd’hui ne m’évoque plus qu’un vague langage de programmation. Quant à SAS, e serait pas une série par hasard ? Le but d’une formation n’est pas de former un étudiant à toutes les techniques de l’univers offline ou online mais plutôt de donner un aperçu (assez poussé quand même) des techniques et mécanisme de la création d’un site ou d’un cd-rom. C’est dans le cadre d’un stage ou lors des premières années en entreprise que l’on creuse tel ou tel domaine. Ce n’est pas en un an que l’on devient graphiste ou développeur. En tant que  jury, je prends en compte le travail fourni bien sûr mais aussi la compréhension de l’élève de la construction d’un site, son intérêt pour le domaine et évidemment le résultat final.

En mars dernier donc, je suis tombé sur un élève qui a passé un temps fou sur son projet mais de manière vraiment pas optimale – pour rester poli. Le gars s’est fadé 150 pages à intégrer, à la main, à l’ancienne, avec un éditeur html et des liens en dur sans rien de dynamique, sans javascript, sans feuilles de style, sans includes et évidemment tout en tableaux. Rien n’était un tant soit peu centralisé et donc rien n’était maintenable. Pour moi c’était pire qu’un mauvais travail, c’était un travail idiot.

Je ne mets jamais 0 lorsque je note un élève. Là j’ai fait une exception. Le travail proposé était tellement imbécile que je n’ai pas pu lui mettre ne serait-ce qu’un demi point. Et j’en viens au titre de mon billet : cet élève aurait gagné  à adopter un comportement de fainéant. Ainsi, il ne se serait pas fadé 150 pages à intégrer bêtement. Devant la masse de travail, il aurait fait marcher un peu ses neurones et aurait cherché un moyen de gagner du temps. Au cours de sa formation, il avait vu des techniques qui lui auraient permis de faire un travail plus intelligent : php, css, wiki, javascript etc… Et pourtant, il n’a pas jugé bon de les utiliser. Ce gars n’avait rien compris au web. Donc, 0.

Etudiants, développeurs, webdesigners, graphistes, soyez fainéants. Sinon, le malaise vagual aura raison de vous.



Reagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. YAAAAR ! No mercy ! Kill them all ! ;D

    Plus sérieusement, je suis tout à fait d’accord avec toi. Le web se construit sur les échanges et le partage d’expérience. Louper à ce point tous les témoignages et les enseignements des autres prouve qu’on n’a rien à faire dans la conception web.

  2. Le zéro de la défaite 🙂
    Tu es dur quand même, le gars avait passé un temps fou…
    Je suis d’accord avec ton point de vue sur les études, cela ne sert pas à apprendre tel ou tel langage mais à adopter une approche reproductible ensuite…

  3. J’ai fait une formation de ce genre il y a 7 ou 8 ans, je me souviens qu’on faisais une heure de html par là, une heure de php par ci, pareil pour photoshop etc…enfin de tout mais rien sérieusement. Il n’y avait rien de plus frustrant que de ne pas pas maîtriser au moins une technique pour pouvoir pondre quelque chose de présentable ou bêtement fonctionnel, même si les autres aspects laissaient à désirer dans un premier temps.
    Tout ça pour dire qu’en un sens je comprends comment votre étudiant en est arrivé à cette aberration, moi à l’époque j’ai démissionné du machin, j’ai appris sur le tas bien plus vite et aujourd’hui c’est mon métier.
    Sans vouloir remettre en question la formation, ne serait il pas possible d’anticiper ce genre d’errements ? Cet élève mérite d’être traité d’idiot, mais comment en est-on arrivé là ?

    PS : un cours sur Director !

  4. Fainéant c’est une qualité j’en suis persuadé, enfin quand cette qualité est correctement utilisée. La fainéantise est pour moi l’efficience dans le travail. Comment maximiser le meilleur résultat en un minimum d’effort.

    Dans le cas de cet étudiant, clairement il a été idiot car il y avait des solutions bien plus simples. Par contre es-tu sur qu’il avait toute lattitude pour choisir la solution à mettre en place ?

    Je demande car j’ai actuellement un client, directeur de projet ecommerce, mais c’est son patron, une vraie bille, qui fait tous les choix, et pas les plus avisés loin de là. Et comme ce patron a toujours raison et ne veux rien entendre…
    Si cela se trouve ton étudiant n’a pas lui non plus pu choisir lui même la technologie à mettre en place.

  5. « 0 » c’est dur, ça peut être très handicapant pour la suite ; peut-être que le jeune homme ne souhaite jamais travailler dans le web et rester sur du print (potentielle erreur d’orientation professionnelle mais ça peut être un choix) ; mais ce zéro ne risque-t-il pas de peser sur toutes ses autres matières ?

  6. @Delphine Dumont >> Je suis atrocement cruel et sans mercis, j’en suis bien conscient 🙂

    @Julien >> A propos du « 0 », en fait, c’était seulement une partie de la note. Ce n’était donc pas tellement pénalisant. J’avais d’autant moins de scrupules que cet élève ne souhaitait pas continuer dans le web. Je l’ai encouragé à aller vers une voie différente.

    @Charles Boone >> cet élève avait une totale liberté pour le choix des techniques à mettre en oeuvre. A côté de projet j’ai vu d’autres élèves qui avaient carrément créé un CMS from scratch en suivant un tuto sur developpez.com. Personne ne les obligeait donc à faire du vieux html à la papa.

    @Mael >>comment en est-on arrivé là ? Je ne sais pas du tout. N’étant pas enseignant dans cette formation (et pas enseignant tout court d’ailleurs), je ne sais pas comment sont composés les cours. Par contre à côté de ce projet, d’autres élèves ont présenté des projets très aboutis et très pros. J’imagine que ce n’est pas seulement dû aux enseignement et / ou aux profs, mais aussi à la maturité (ou à la non maturité) des élèves qui suivent un formation, aux stages qu’ils suivent en alternance, à leur tuteur en entreprise etc…

  7. S’il avait effectivement libre choix, pas d’excuse !
    Il a certainement du l’avoir mauvaise que « tout son travail effectué » ne paie pas.
    Cela dit, on lui demandait pas d’être fort mais d’être intelligent.

  8. bb (css4design)

    @oncletom c’est clair, en plus, j’ai lu le billet ‘Fainéant, c’est une qualité’ de Grégoire http://bit.ly/bVaxK ^_^

  9. exelent post! mercy!!!

  10. « Bastard notator from hell » ;-p

  11. Bonjour,

    Excellent post, mais je ne suis pas d’accord avec le 0, il aurait mérité au moins quelques points pour le travail effectué mais avec un commentaire un peu sévère, par contre ce qui est sur c’est plus on est avare de ses efforts, plus on se simplifie la vie.

  12. « Etudiants, développeurs, webdesigners, graphistes, soyez fainéants. »
    Et je rajoute apprenez à chercher sur Google, car sinon comment sur renseigner sur les CMS, les CSS, le PHP, etc.

  13. Souvent on fait référence au web pour ce genre de billet. Mais on peut et on doit surtout l’appliquer partout. L’informatique est là pour nous faciliter la vie, alors ne cherchons pas midi à quatorze heure et mettons en place des trucs fait par un ordi, une puce, un robot, n’importe quoi pourvu que nous ne le fassions plus, car répéter une tâche plusieurs fois n’a aucun intérêt.

    Souvent un bon informaticien, c’est celui qui va développer des trucs pour gagner du temps et comme cela il peut regarder youtube et suivre ses fils de discussions. Donc un bon informaticien, c’est un mec qui donne l’impression de glander car il a diviser sa charge de travail par 2.

  14. Haha ! Moi je dis que je fais de la vaille quand je traine des heures sur netvibes, twitter, google reader…

  15. Premier cours d’informatique à la fac.

    L’informaticien est paresseux mais pas fainéant… Et c’est là qu’on est pas d’accord.

    Le fainéant ne fait rien. Le paresseux le fait de façon optimale, tu vas dire qu’on joue sur les mots, mais pour moi le fainéant n’aurait pas rendu son projet, le paresseux aurait utilisé php, javascript et tout ça…

    Et le con, ben il a eu 0

Haut de la liste
Votre commentaire