A propos de Drupal et du lien cité (pourquoi ne pas l’utiliser) : la 4.7 c’était en 1947 ou un truc comme ça 🙂

J’ai moi même découvert Drupal sur un site développé sous Drupal 4.7 avec des modules arriérées et le tout *très très mal* fait par des gens pas compétents. Je me suis juré de je ne *jamais* utiliser cette saloperie de Drupal à nouveau.

Et puis on a fait intervenir un spécialiste du machin.

Depuis je me suis rappelé que les outils c’est toujours pareil : si tu utilises comme un porc, ou à mauvais escient, un outil, ça en marche pas. Si tu essaies de planter un cloup avec une scie tu reviendras en disant que la scie n’est pas un outil très pratique.

Bref, quand c’est bien utilisé c’est un outil assez bluffant. Mais la courbe d’apprentissage est un peu raide au début. Moi qui suis un développeur, j’ai pris ça de haut au début. Clickodrome, ne fait rien bien, ne tient pas la charge. Forcément, j’ai eu un apprentissage dans la douleur de ce qu’il ne faut pas faire avec (je suis devenu intarissable sur l’utilisation de CCK+Views en mode authentifié sur un site chargé). Là dessus je peux vous dire que tout ce qui est sur le site « mon cahier technique » était vrai (enfin l’essentiel de que j’ai survolé), j’en ai suffisamment chié pour le savoir, et que c’est essentiellement du passé.

Par ailleurs, la 4.7 comme je disais dans ma plaisanterie plus haut, ça date. D’un point de vue gestion du cache notamment ça a drôlement bougé. Je connais pas mal la v6 et c’est franchement un bon outil.
Comparé à ce que j’ai pu lire sur d’autres outils, que je ne connais pas forcément super bien, j’ai noté des points importants : la gestion des types de contenus n’est pas une glute rajoutée mais fait maintenant bien partie du coeur. Ce que je lis sur les custom fields de WP par ex. me fait dire qu’on ne parle pas tout à fait de la même chose. Si il y a un seul type de contenu pourquoi pas, mais il me semble qu’au delà on est dans les grosses limites pour WP.

La gestion du cache : faire un site pour 100 visiteurs ce n’est pas la même chose que pour un site éditorial qui va se prendre n milliers de personnes d’un coup.
Multilinguisme aussi, parfois négligé jusqu’à ce qu’on en ai besoin 🙂
C’est un vrai système multi-utilisateurs

Et du point de vue développeur, des tas de choses qui sont un peu obscures au début peuvent devenir franchement bien foutues quand on a compris : la surcharge des thèmes, ou comment ne pas aller modifier le code d’un module ou du coeur et pourtant pouvoir customiser profondément, l’écriture de module, formApi, etc.

Pour certaines choses poussées il faut sans doute être un développeur pour pouvoir s’y frotter.
Mais c’est aussi la leçon de ces outils : comme on peut faire des sites de plus en plus facilement on oublie que c’est aussi un vrai métier et que parfois il faut le faire faire par des vrais développeurs 🙂

Je conseille vivement la lecture d’un bouquin sur Drupal sorti en septembre, écrit par quelqu’un que je connais bien pour avoir travaillé avec lui : http://arnumeral.fr/article/mon-premier-et-dernier-livre-sur-drupal et qui commence à avoir la réputation d’être un des meilleurs pour commencer. Comme il est écrit en français c’est encore mieux.