Vous êtes sur Barbablog et tu kiffes jeune. Cherche sur ce blog...

Sites d’emploi : Monster et Cadremploi

J’adore les editos de cadremploi.

A une époque pas si lointain, je recherchais un travail. J’avais donc mis mon C.V. sur tous les sites d’emploi de la terre et m’étais abonné aux newsletters associées. Le jour où j’ai trouvé, j’ai désactivé mon cv, allumé un feu de joie et me suis désabonné de toutes ces newsletters qui polluaient ma boîte mail. Toutes sauf… celle de cadremploi.

J’entends ma RRH me demander d’une voix étouffée par l’angoisse : Mais pourquoi reçois tu toujours la newsletter de cadremploi ? Et surtout pourquoi le claironnes-tu haut et fort sur ton blog lu par des centaines de millions de lecteurs chaque jour à travers le monde ? Est-ce que tu voudrais nous quitter ?

Rassure toi RRH, je ne suis pas en recherche. C’est juste que les edito de cadremploi sont trop bons pour qu’on les jette.

Là, j’entends déjà les mauvaises langue me dire : Oui alors toi tu aimes les editos de cadremploi, tu t’es vendu au grand capital, t’as pris ta carte au medef et tu voteras Panafieu aux prochaines municipales.

Et bien non justement. Les editos de cadremploi n’ont rien d’institutionnel ; ils sont même plutôt intelligents, voire carrément subversifs pour un site d’offre d’emploi. Petite étude de cas.

Cadremploi vs Monster

Le 27 mars 2007, monster.fr faisait la une de sa newsletter avec le témoignage de Mireille O. [1]

Actuellement en poste en tant que cadre commercial, je reste ouverte à toute proposition intéressante.
C’est pourquoi je mets à jour régulièrement mon CV sur Monster et j’en suis très satisfaite !
Régulièrement, je suis appelée par des entreprises ou des agences de recrutement pour des postes pouvant correspondre à mon profil et à mes critères de choix !
Merci encore pour votre service qui me permet de gérer efficacement ma carrière !
Monster newsletter du 27 mars 2007

Le 26 mars 2007 [2], Cadremploi faisait son edito sur le salon de la distribution, en des termes qu’on a pas l’habitude de lire sur un site d’offre d’emploi:

Edito du 26 mars 2007 : Distribution : on y vient aussi par hasard


Il ne sait toujours pas ce qu’il fait là. Ça ressemble à tout ce qu’il déteste. Des dizaines de boîtes regroupées dans un même hall. Dans de petits stands, les recruteurs attendent et, devant eux, des postulants défilent. On appelle ça un job forum. Une espèce de casting à la Nouvelle star sans jury expéditif…
Cadremploi newsletter du 27 mars 2007

Les autres editos sont de la même veine. Ce mois-ci par exemple, il est question d’intégration, du moral des cadres, des nouveaux modes de recrutement et des discriminations liées… Bref, de tous ces sujets qui font également partie du domaine de l’emploi et qui ne sont jamais traités chez un Monster ou un Keljob.

Deux conceptions du monde de l’emploi

Pour aller plus loin, j’ai consulté les sites de Monster et Cadremploi pour voir ce que chacun proposait en termes de conseils carrières – pour utiliser les termes consacrés.

Chez Monster, on retrouve une vision très années 80 du marché du travail : on t’apprend à te faire belle pour ton entretien, on t’explique également Qui séduire pour se faire embaucher ?. La couleur est clairement affichée : le recruteur est en position de force, c’est le candidat qui doit séduire.

Chez cadremploi, on essaye de rééquilibrer le rapport de force : on y dévoile les dernières techniques des recruteurs, on explique comment affronter l’angoisse lors des entretiens ou enfin ce que le recruteur veut tester chez un candidat.

Ce qui me paraît le plus emblématique de la différence de vision de ces 2 sites du marché du travail [3], c’est que chez cadremploi, dans les conseils carrières, on trouve une rubrique droit du travail, évidemment absente chez Monster.

C’est toute la différence entre un épicier et un acteur professionnel du marché l’emploi. Voilà pourquoi je suis toujours abonné à la newsletter de cadremploi.

Au fait, Monster, ça veut pas dire Monstre en anglais ? [4]

  1. je le reprends en entier tellement il est bon
  2. Je reprends la newsletter du 27 mars pour cadremploi car pour n pas être accusé de faire du favoritisme, j’applique le principe scientifique du
    toutes choses égales par ailleurs
  3. je n’aime pas cette expression mais je n’ai pas trouvé mieux
  4. voilà j’étais juste parti pour parler tranquillement et calmement des excellents editos gauchistes de Cadremploi et je me retrouve à verser un bidon d’essence sur Monster et à allumer délicatement le tout avec une boîte d’allumettes pizza del’arte. Faut que je me remette au sport.


Reagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Je viens d’aller le lire – ils ont même un blog dis donc pour ne pas en perdre une miette. Reste plus qu’à faire savoir à ma DRH que je me suis abonnée, héhé…

  2. Pour le faire savoir à ta drh, un petit post sur ton blog « lu par des millions de lecteurs à travers le monde » 😉

  3. …mais pas ma DRH j’espère : j’ai bien envie des fois de dire à mes millions de lecteurs tout le mal et la souffrance que m’inspire mon job actuellement (bien que je reste toujours souriante et pétillante quand on me croise comme ça dans un couloir, ce qui maintient les collègues à flots et peut accessoirement endormir la méfiance des RH).
    Alors que le bon message pour les RH c’est : je reste une winneuse pleine d’allant mais branchée sur cadremploi quand même, c’est pas bientôt la période des augment eh ho ?

Haut de la liste
Votre commentaire