Vous êtes sur Barbablog et tu kiffes jeune. Cherche sur ce blog...

Flash, c’est ringard

Mise à jour : le jour où j’affiche mon désamour de Flash, A List Apart publie un article qui réhabilite cette techno. En fait, c’est plutôt sur la bonne utilisation de flash et comme souvent chez Ala, c’est très pertinent.

Au boulot, comme dans toute entreprise qui se respecte, nous disposons d’une main d’oeuvre taillable et corvéable à merci : nous avons des stagiaires. Alors que je m’entretenais avec l’un d’entre eux pour lui assigner ses tâches sur les 10 prochaines années, celui-ci m’arrêta tout net pour me montrer sa dernière réalisation personnelle : son CV, sympa, animé, joliment dessiné… en flash.

Et là, c’est le drame

Flash – et là je le dis sur le ton péremptoire de celui qui sait et qui ne souffre pas la critique – c’est :

  • pas référencable (ou si mal),
  • pas accessible (ou si peu)
  • pas imprimable (par défaut),
  • pas copiable/collable (par défaut),
  • pas maintenable [1] (ou si difficilement)

Mais si on veut qu’ça bouge ?

Si on veut montrer qu’on sait faire de belles animations, qu’on est un créatif, un vrai, qu’on sait faire tourner un logo en fausse 3D sur un fond en dégradé qui bouge, a-t-on vraiment besoin de flash ? Bha non. Il y a une foule de beaux sites qui n’utilisent pas flash. Et si on veut vraiment rajouter une couche d’animation parce que quand ça bouge c’est sympa, un bon scriptaculous (ou YUI ou mootools ou JQuery) et le tour est joué. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un oeil sur le site de Gucci qui est une vraie réussite dans le genre.

Non, vraiment, à part la vidéo, je ne vois plus vraiment de raisons de se casser la tête à coups de _root.mymovieclip.onenterscene = fonction(mavar) {gotoandstop(àl'image27)
et puis tant que t'y es lance moi _root.myclipsuivant.level36} ;

L’internet comme en 1998

J’entends les flasheux du fond qui disent

tu dis ça parce que t’es pas un vrai designer parce que flash pour l’animation et les trucs qui déchirent en 3D avec du gros son, y’a rien de mieux.

Pour réaliser un dessin animé, c’est sûr que flash est beaucoup plus adapté que le bon vieil html. Mais pour un CV ? Un CV c’est pas un cartoon, un CV c’est un document. Flash c’est une vision de l’internet d’il y a 5 ans, à l’époque où on avait oublié qu’internet a été créé au départ pour permettre l’échange et la publication de documents. En 1998. On n’imaginait pas qu’une seule et unique page pourrait un jour être interrogée aussi bien à partir d’un PC de bureau que d’un téléphone mobile. On n’imaginait pas non plus un truc aussi génial que les microformats, lesquels se basent sur la structure sémantique d’un document. C’est pour ça qu’on balançait des gros splash screen qui mettaient une plombe à se charger et qu’on truffait les pages de gifs transparents, de br, et autres &nbsp. Mais aujourd’hui, internet a évolué et se rapproche plus de ce que Tim Berners Lee avait imaginé : un vaste système d’échange de documents. Et flash n’est vraiment pas un bon outil de création de documents.

Idéal pour la vidéo et la pub

Ceci dit, qu’on ne m’accuse pas d’anti-flashisme primaire. Je lui trouve quand même des qualités à ce grand dadais de flash :

  • Pour la vidéo et l’audio, on n’a rien trouvé de mieux
  • Pour toutes ces pubs qui envahissent nos navigateurs et qui permettent aux sites de contenu de payer leur salariés dont je fais partie, on n’a rien pas trouvé mieux
  • pour des grosses applications type RIA, on n’a rien trouvé de mieux.

Enfin pour le dernier point, ça se discute vraiment. Vu le bond quantique qu’a fait javascript grâce à toutes les excellentes librairies qui fleurissent en ce moment sur le web, on voit de plus en plus de RIA dont l’interface front end est réalisée en javascript, sans une seule goutte de flash (Netvibes, Writely ou Spreadsheets par exemple).

Au final, à notre stagiaire bien aimé, je lui ai dit de refaire son CV tout en ajax en faisant croire à ses futurs employeurs que c’était du flash.

  1. vous avez déjà essayé de mettre les mains dans un .fla écrit par un autre que vous ? Perso je perds sytématiquement 1 heure avant de comprendre comment le créateur du .fla a organisé son animation et / ou son code et ça m’éneeeeeeerve


Reagissez

Si ce billet vous a plu ou si vous voulez apporter des précisions, ou si vous n’êtes pas d’accord avec ce que je raconte, c’est ici qu’il faut vous manifester. Je me réserve toutefois le droit de supprimer toute contribution insultante ou qui n’aurait rien à voir avec la choucroute.

  1. Oui,oui ce flash est complètement surfait. D’ailleurs je vois pas l’intérêt pour ton stagiaire de faire croire à ses futurs employeurs que son CV est en flash, l’ajax m’a l’air nettement plus vendeur (comment on dit déjà ?? ah oui : 2.0) – surtout après ce post…

  2. il suffit de jeter un oeil sur le site de Gucci qui est une vraie réussite dans le genre.

    … Euh sans Javascript le site n’est absolument pas consultable… une vrai réussite ça oui ^^

    Ok en flash sans le player ça fait pareil mais un site ~oO Web2.0 Oo~ devrait quand même faire en sorte qu’en mode dégradé le contenu soit accessible… ou qu’elles sont passées les bonne pratique de developpement là ??

    => []

  3. Quelques remarques d’un flasheux du fond:

    « un bon scriptaculous (ou YUI ou mootools ou JQuery) et le tour est joué », merci les 100ko de JS que tu dois loader si tu veux faire un simple fadein/fadeout sur une image.

    « tu dis ça parce que t’es pas un vrai designer parce que flash pour l’animation et les trucs qui déchirent en 3D avec du gros son, y’a rien de mieux. », justement moi j’y vois plus un interet en progamation plus qu’animation. Je peux coder avec mes classes et mon modele MVC, je peux facilement appliquer des effets.

    Les questions de referencement et accessibilites si bien pensees en debut de projet sont tout a fait integrable et gerable.

    Je pense juste qu il faut faire un compromis entre flash et Javascript. J’utilise massivement flash conjointement au javascript pour faire des callback en AJAX.

    Enfin voila quoi.

  4. La Parizienne >> l’intérrêt de dire « z’avez vu je sais faire du flash » : beaucoup de gens pensent encore qu’un bon site est un site unflash. Ce qui est aussi idiot que de dire qu’un bon site est un site qui utilise ajax.

    lordb >> c’est vrai que sans javascript et sans css, le site de gucci ne ressemble pas à grand chose. Comme quoi on peut faire exactement les mêmes erreurs avec ou sans flash.

    Brice >> scriptaculous peut se charger par paquets (en n’appelant que les modules dont on a besoin) et il existe une version compressée de prototype. Au final tu peux ne charger qu’une quarantaine de ko. Et si à la place tu utilises JQuery, tu ne charge que 19ko, effets compris!

    Concernant les problématiques d’accessibilité et de référencement, je serais vraiment curieux de voir un exemple de site en flash qui réponde à ces critères. Je crois que ce truc est plutôt une légende urbaine. Mais si tu as des adresses, envoie !

    Au final, ce n’est pas tant flash que je critique – même si son côté usine à gaze m’énerve – c’est plutôt son utilisation abusive. Un site full flash, genre un gros swf embeded dans une page html qui appellerait d’autres swf, IMHO, ça n’a aucun sens. Par contre, un site qui utilise flash en tant que module, pour ses capacités multimédia et son aisance à manipuler le xml, c’est beaucoup plus pertinent.

  5. Cherches pas plus loin que ta societe, cnettv, une url par video (ex: http://www.cnettv.com/9710-1_53-26148.html), une description adaptee, des keywords pertinent, un h1 qui faut. Si tu geres bien ton architecture et ton deep linking, plus un index, tu peux assurer ton referencement.

  6. Music360, la pub en exclu !

    […] l’occasion j’ai remis les mains dans flash, que je trouve toujours aussi usine à gaz mais qui n’a pas son pareil pour gérer la vidéo ou pour créer des pubs […]

Haut de la liste
Votre commentaire