Warning: parse_url(http://#iu5) [function.parse-url]: Unable to parse URL in /home/barbayel/blog/wp-content/plugins/jetpack/class.media-extractor.php on line 209

Des icônes universelles ?

Muriel me pose une question intéressante :

A propos d’icônes (ou plutôt de logo), comment est-il possible de créer un image nouvelle tout en restant intelligible à tous sans utiliser de légende? Doit-on se référer à des symboles culturellement connus ? Comment peut-on approcher “le travail graphique” sans tomber dans les piège du cliché ou dans l’abstraction?

Si l’on parle logo, il me semble que l’on ne peut éviter de tomber dans le cliché culturel. Le rouge par exemple, est une couleur vive ; elle évoque la passion, le sang, la vie. J’imagine mal IBM ou Microsoft revoir leur charte graphique pour tout repeindre en rouge [1]. Par contre, le site de Clémentine Autain, la nouvelle passionnaria de la gauche révolutionnaire, est tout de rouge vêtu, et ça lui va plutôt bien.

On peut passer toutes les couleurs du spectre et trouver pour chacune d’entre elle une signification particulière dans notre système de représentations occidentales [2] mais ce qui est vrai ici ne l’est pas forcément là-bas. Le blanc par exemple, symbole de pureté en occident, représente la mort en Inde.

Ce qui est valable pour les couleurs l’est également pour les symboles. Imaginez l’affiche de Raymond Savignac pour Monsavon placardée sur les murs de New Dheli dans les années 50 ! Elle aurait été brûlée en place publique. Je rappelle à nos plus jeunes lecteurs que la vache est un animal sacré en Inde.

Affiche Monsavon

Lorsque je dessine une icône je l’accompagne systématiquement d’un texte explicatif. Comprenez : je n’imagine pas mettre une icône même très parlante [3] sans l’accompagner d’un texte qui décrit la fonction de l’icône en question. Ici, on ne se situe plus uniquement sur le seul plan culturel mais aussi sur celui de l’accessibilité et l’accessibilité c’est aussi prendre en compte le paramètre culturel.

A ce sujet, Digital Web Magazine a publié Seven Secrets of a Successful International Website ou comment penser le design d’un site web suivant ses différentes localisations. Les 7 secrets en question sont :

  1. les comportements d’achats diffèrent selon les cultures ;
  2. les analogies sont aliénantes [4];
  3. les couleurs ont une signification culturelle;
  4. les symboles ne sont pas universels;
  5. les unités de poids et de mesure doivent être adaptés;
  6. le texte ne se comporte pas de la même manière selon les alphabets;
  7. Les sensibilités diffèrent selon les cultures [5].

En conclusion, et pour répondre à la question de Muriel : non, il n’est pas possible de créer une image intelligible sans se référer à des symboles culturellement connus. Oui, il faut approcher le travail graphique en tombant dans les pièges du cliché.

  1. ça risquerait trop de faire fuir les investisseurs
  2. qui a dit jaune cocu ?
  3. genre un arobase en gif animé / en fausse 3D qui tourne pour « envoyer un mail »
  4. ne me demandez pas d’expliquer ce bon mot, je ne fais que traduire. Il faut lire le paragraphe entier pour comprendre. Désolé pour les non anglophones
  5. pareil que pur le point 2, il faut lire le paragraphe entier pour saisir l’idée